Delicia nassiri dating carl edwards dating

18-Dec-2017 22:28

Ayant ainsi engrangé sa récolte, après plus de vingt années de recherches patientes et continues, possesseur de plus de deux mille objets en nature ou dessinés, et de trente mille textes, Victor Gay put se croire prêt à livrer au public les résultats de ce colossal travail de bénédictin. Avant que la mort ne le surprît, il avait senti à ses forces déclinantes la nécessité de s'adjoindre le concours et la collaboration d'un érudit ; un jeune archiviste, ancien élève de l'Ecole des Chartes, récemment entré comme attaché au musée du Louvre, Emile Molinier, fut chargé par lui de rédiger et de mettre au net les fiches de la lettre G. Il y a apporté la sûreté et la rapidité des recherches que lui donnait sa pratique des bibliothèques et des musées, sa profonde connaissance des recueils illus- trés et des manuscrits enluminés ; avec un tel compagnon, collaborer fut d'une agréable facilité. Restait la dernière question : financer l'opération. Dire qui était Victor Gay, quel était son dessein en entreprenant cette œuvre dont on peut vraiment dire qu'elle fut « un travail de bénédictin laïque », ce sera justifier l'intérêt qu'il y avait à la poursuivre en la complétant, pour l'amener au point d'achève- ment où nous la présentons aujourd'hui. Victor Gay s'était passionné de bonne heure pour l'archéologie, et, dès 1839, il suivait les derniers cours d'Alexandre Lenoir. leur vesture de corps autre que habillemens de guerre, c'est à sçavoir chacun une robe ou jacquette, chaperon, chausses, souliers et chemise, tant seulement et non autre chose. Victor Gay avait été nommé en 1818 architecte diocésain à Bourges, et ce fut à ce moment qu'il commença à constituer les bases du grand travail qui allait absorber toutes les heures de son existence. — Un coffre d'argent doré à mettre un fuisil et les habilements qui y appartiennent, pes. Ce labeur était double : il fallait d'abord, par une exploration des archives et des bibliothèques, établir sur fiches tous les vocables qui désignaient au Moyen Age et à la Renaissance les objets d'usage et tous les textes qui s'y appliquaient ; en second lieu, rechercher tous les objets pouvant 11) Edmond Bonaaffé en avait salué la publication, en la commentant daus la Gazette des Beaux-Arts, janvier 1884, p. — 6 — encore exister qui se rapportaient précisément à ces vocables ou à ces textes, et s'en assurer la possession quand cela était possible, — ou les dessiner quand on ne pou- vait les rencontrer que classés dans les collections publiques ou privées.

Si certaines rubriques, introduites par Gaj' dans son texte, ont dû être radicalement supprimées, si par ailleurs ce texte a été allégé de citations jugées superflues, d'autres au contraire, auxquelles il n'avait pas songé, y ont trouvé place. Elle s'est trouvée singulièrement facilitée par l'apport en numéraire que nous avons pu faire à l'éditeur. L'acquisition de la collection d'œuvres d'art de Victor Gay, garantie par un groupe d'amateurs, était dotée, après le choix réservé au Louvre, par la vente publique du reliquat des objets, dont le produit diminuerait d'autant l'estimation de la collection totale. Dans bien des cas, j'ai bénéficié des éditions de littérature médiévale qui se sont multipliées depuis un quart de siècle, généralement accompagnées d'un glossaire qui facilite singulièrement les re- cherches. — Per mantel de dona, 12 gr, — Oppellanda sinipla de doua, 10 gr. Parfois, j'ai pu substituer un texte de beaucoup préférable à l'ancien.

Si certaines rubriques, introduites par Gaj' dans son texte, ont dû être radicalement supprimées, si par ailleurs ce texte a été allégé de citations jugées superflues, d'autres au contraire, auxquelles il n'avait pas songé, y ont trouvé place.

Elle s'est trouvée singulièrement facilitée par l'apport en numéraire que nous avons pu faire à l'éditeur.

L'acquisition de la collection d'œuvres d'art de Victor Gay, garantie par un groupe d'amateurs, était dotée, après le choix réservé au Louvre, par la vente publique du reliquat des objets, dont le produit diminuerait d'autant l'estimation de la collection totale.

Dans bien des cas, j'ai bénéficié des éditions de littérature médiévale qui se sont multipliées depuis un quart de siècle, généralement accompagnées d'un glossaire qui facilite singulièrement les re- cherches. — Per mantel de dona, 12 gr, — Oppellanda sinipla de doua, 10 gr.

Parfois, j'ai pu substituer un texte de beaucoup préférable à l'ancien.

Dans la préface de son Glossaire (Notice des Emaux du Musée du Louvre, 2" partie, 1853), il avait expliqué que ce qu'il présentait au public n'était que le fragment d'un grand Dictionnaire, dont il développait le but et le plan, « fondé sur la citation complète des textes, sur la reproduction exacte des monuments ». — Ung veugloire de fer à deux chasses en son abilement de bois, fourny de 21 pierres, de tampons et d'ung marteau de fer.